1

Histoire de bento


Shokado Bento
Shokado Bento


Bento, kézako ?

Appelés lunch boxes par les anglophones ou gamelles par nos grand-parents, les bento, ce sont les boîtes-repas à emporter des Japonais. Bien plus jolis que nos tristes et habituels Tupperware, les bento se déclinent dans toutes les matières ; en métal, en plastique, en bois brut ou laqué, sobres ou décorés, accompagnés d’une multitude d’accessoires, il en existe de toutes les tailles et de tous les volumes, pour les enfants comme pour les adultes. Leur aspect ludique et la mise en valeurs de leur contenu en font des objets de plus en plus populaires à travers le monde, que ce soit au boulot, devant la télé ou parfois même au resto ! Le sandwich et le hamburger n’ont qu’à bien se tenir…


Histoire de bento

C’est dans le Japon de l’Ere Kamakura (1185-1333) que la gamelle nippone trouverait son origine. D’abord déclinée sous forme de simples furoshiki (tissus servant à envelopper), elle poursuit son essor pendant l’Ere Moyoma (1568-1600) grâce aux boîtes en bois laqué. C’est à partir de l’Ere Edo (1603-1867) que le bento, qui se déguste entre deux maku (actes) de No, devient plus raffiné et ressemble toujours un peu plus à nos actuels bento.


Le bento au quotidien

Nombreux sont les types de bento. Le bento traditionnel, d’abord, qui se déguste à l’école ou au travail; préparé par la mère ou l’épouse. On peut aussi l’acheter dans les konbini (supérettes) ou auprès de marchands ambulants qui apparaissent au coin des rues à l’heure du déjeuner. Pour les salarymen pressés qui doivent passer le temps du repas à bord du shinkansen, on trouve aussi le bento ekiben qui, comme son nom l’indique, est en vente dans les gares de l’Archipel. Comme pour le bento traditionnel, son contenu est varié et son prix très abordable : il est possible de bien manger pour moins de 400 yens (3 euros) ! Le bento est aussi présent dans les moments plus solennels, jusque sur la table japonaise du nouvel an par exemple. Appelé alors osechi, il se décline en deux ou trois niveaux et contient des mets -chers, voire très chers- qui ne se dégustent qu’à ce moment fort du calendrier nippon.

 

Bento fait maison
Bento fait maison


Sous le couvercle

Le bento traditionnel contient presque toujours du riz, les habituels tsukemono (petits mets macérés) pour l’accompagner et un plat de viande ou de poisson. Il peut aussi contenir plus simplement une série de sushi ou des ramen (nouilles japonaises en soupe). Pour les Japonais, l’aspect du contenu d’un bento est tout aussi important que son goût : un bon bento, c’est d’abord un beau bento ! Un Japonais satisfait de son déjeuner, c’est donc un Japonais qui, en savourant l’harmonie des couleurs et des saveurs, en aura pris plein les mirettes et les papilles. Le détail esthétique le plus connu est sans doute celui de l’ume boshi (prune macérée et amère) au centre d’un rectangle de riz blanc censés représenter le drapeau nippon !

 

Osechi bento
Osechi bento


Le saviez-vous ?

Au Japon, la boîte à bento est appelée obento. Le préfixe o a une valeur honorifique un brin affectueuse et s’emploie avec les mots du quotidien, tels que omizu (eau), oniku (viande), osushi (mets de poisson cru et de riz) ou encore okazu (garnitures et autres petits plats).




En partenariat avec

 

 

Bento and CoThomas Bertrand et Erico de Bento&co

Boutique en ligne qui vend des boîtes à bento et autres accessoires relatifs au bento (baguettes japonaises, serviettes…).

 

 

 


Commentaires (1)

Trackback URL | Flux des commentaires

  1. bblinou83 dit :

    Merci de nous apprendre les origines du bento.

Répondre




Associez votre image à vos commentaires à l’aide de Gravatar.