0

Les origines du Nouvel An Chinois

Le Nouvel An Chinois 农历新年 (nónglì xinnián) aussi appelé Fête du printemps, ou Fête du Têt au Vietnam, est la fête la plus importante pour les communautés chinoises à travers le monde. Il est aussi appelé « lunaire » parce qu’il se célèbre suivant le calendrier lunaire et solaire chinois et non le calendrier grégorien. Cette fête est un moment dont on profite en prenant des vacances, en se réunissant en famille et entre amis.

Origine du nouvel an

L’origine de cet événement remonte à plusieurs milliers d’années, au long desquelles se sont tissées des légendes riches en couleurs et en traditions. L’une des plus populaires est celle de Nien, un monstre cruel et vorace qui, croyaient autrefois les Chinois, dévorait les êtres humains la veille du Nouvel An. Pour l’éloigner des foyers, on affichait de chaque côté de la porte d’entrée une bande de papier rouge sur laquelle on écrivait un vers. On allumait des torches et claquait des pétards durant la nuit, des traditions toujours bien vivantes de nos jours. C’est qu’en effet, disait-on, Nien craignait le rouge, la lumière et le bruit. Dès le lendemain matin, un sentiment de triomphe et une ambiance de renouveau régnaient, puisque Nien avait été tenu à l’écart pour une nouvelle année. Tout le monde alors se réjouissait en lançant : « Kung-hsi » (félicitations).

Les préparatifs

Même si les congés pour l’occasion ne durent généralement que quelques jours à partir de la veille du Nouvel An, les festivités, elles, s’étalent en fait sur près de trois semaines. Elles commencent le 24e jour du dernier mois lunaire, lorsque les dieux montent au Ciel pour rendre hommage à l’Empereur de Jade, la divinité taoïque suprême, et lui faire un rapport sur chaque famille. Selon la tradition, dans les maisons, on honore ces dieux avec piété en leur brûlant de la monnaie votive qui aide aux dépenses de leur périple céleste. Un autre rite est d’enduire de sucre de malt les lèvres de l’effigie du dieu du Foyer, également un des pèlerins divins, pour s’assurer qu’il rapporte à l’Empereur de Jade de bons propos sur la maisonnée ou bien garde devant lui le silence.

Des formules poétiques, ou « voeux de printemps », sont accrochées partout dans la maison. Ce sont des bandes ou des carrés de papier sur lesquels sont inscrits des souhaits exprimant à tous « bonheur », « succès », « longévité » et « joie ». Ces carrés de papier — traditionnellement apposés à l’envers, parce que « renversé » se lit en mandarin tao, homophone du mot « arrivé » — représentent la venue du printemps ou de temps prospères.

La veille du Nouvel An chinois, les membres d’une famille qui vivent loin de la maison paternelle y retournent pour se réunir et partager un somptueux festin. A ce moment-là, ils distribuent aux plus âgés et aux enfants de l’argent placé dans une enveloppe rouge qui portera bonheur, tandis que tous veillent pour accueillir l’année nouvelle. Les Chinois ont longtemps cru que rester éveillés jusqu’au matin aidait les parents à vivre plus longtemps. Ainsi, ce soir-là, on n’éteint pas les lampes, non pas pour faire fuir l’horrible Nien, mais pour permettre à tous de rester ensemble, en famille. Certains se livrent à des cérémonies religieuses après minuit et fêtent dans leur maison la venue du dieu de la Nouvelle Année, un rituel qui se conclut par de longs craquements de pétards.

Cette année, le Nouvel An chinois débutera le 23 janvier 2012. Une année placée sous le signe du Dragon d’Eau.

 

Source : Taiwan information office

Répondre




Associez votre image à vos commentaires à l’aide de Gravatar.