1

L’élégance du hérisson


Couverture du roman : L'élégance du hérisson

L'élégance du hérisson. Roman de Muriel Barbery


L’élégance du hérisson n’est pas une recette spéciale de oryza mais le titre d’un roman retraçant la vie d’une concierge d’un immeuble bourgeois de Paris. Renée, c’est son nom, n’est pas une concierge ordinaire et je vous laisse apprécier ci-dessous quelques-uns des passages de ce roman où il est notamment question de thé et de gastronomie.


A propos du thé, p. 107 et suivantes

[…]Alors, buvons une tasse de thé.

Comme Kakuzo Okakura, l’auteur du livre du Thé, qui se désolait de la révolte des tribus mongoles au XIIIe siècle non parce qu’elle avait entraîné mort et désolation mais parce qu’elle avait détruit, parmi les fruits de la culture Song, le plus précieux d’entre eux, l’art du thé, je sais qu’il n’est pas un breuvage mineur.[…]

Le rituel du thé, cette reconduction précise des mêmes gestes et de la même dégustation, cette accession à des sensations simples, authentiques et raffinées, cette licence donnée à chacun, à peu de frais, de devenir un aristocrate du goût parce que le thé est la boisson des riches comme elle est celle des pauvres, le rituel du thé, donc, a cette vertu extraordinaire d’introduire dans l’absurdité de nos vies une brèche d’harmonie sereine.[…]


A propos de la cuisine française, p. 111 et suivantes

[…]
Si vous voulez mon avis, la cuisine française c’est une pitié. Autant de génie, de moyens et de ressources pour un résultat aussi lourd… Et des sauces et des farces et des pâtisseries à s’en faire péter la panse ! C’est d’un mauvais goût… Et quand ce n’est pas lourd c’est chichiteux au possible : on meurt de faim avec trois radis stylisés et deux coquilles St-Jacques en gelée d’algues, dans des assiettes faussement zen avec des serveurs qui ont l’air aussi joyeux que des croques-morts.[…] Le sabayon, c’est l’emblème de la cuisine française : un truc qui se veut léger et qui étouffe le premier chrétien venu.[…]

Mais dans les mangas, les personnages ont l’air de manger autrement. Ça a l’air simple, raffiné, mesuré, délicieux.[…] C’est ni trop ni pas assez : mesuré, au bon sens du terme. Peut-être que je me trompe complètement ; mais la cuisine française, ça me semble vieux et prétentieux, alors que la cuisine japonaise, ça a l’air… eh bien, ni jeune ni vieux. Eternel et divin.[…]


L’élégance du hérisson
Auteur : Muriel Barbery
Editions Gallimard, 2006.




Commentaires (1)

Trackback URL | Flux des commentaires

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Sarah oryza. Sarah oryza said: Lecture recommandée : L'élégance du hérisson http://oryza.asia/evasion/shopping-et-lecture/elegance-du-herisson-3464 […]

Répondre




Associez votre image à vos commentaires à l’aide de Gravatar.